Choisir la langue

La Charte humanitaire et les standards minimums de l'intervention humanitaire


Introduction

Les standards essentiels décrivent les processus fondamentaux permettant de réaliser tous les standards minimums du Projet Sphère. Ils sont une expression concrète des principes contenus dans la Charte humanitaire et un élément décisif du droit des personnes touchées par un conflit armé ou une catastrophe à bénéficier d’une assistance qui leur permette de vivre dans la dignité. Les standards essentiels fixent le niveau minimum (signalé par les indicateurs clés) que doivent atteindre les interventions des agences humanitaires, qu'elles soient menées au niveau communautaire, local, national ou international.

Les standards essentiels sont aussi liés à d'autres initiatives importantes relatives à l'obligation de rendre des comptes (redevabilité), promouvant la cohérence et renforçant un engagement commun dans ce domaine. La Norme HAP 2010 de redevabilité humanitaire et de gestion de la qualité et les standards essentiels sont à cet égard complémentaires. Le standard relatif à la performance des travailleurs humanitaires est aligné sur le Code de bonne pratique de People in Aid. Les standards essentiels 1 et 5, en particulier, sont inspirés du Guide suffisamment bon de l’Emergency Capacity Building Project (ECB), de la méthode COMPAS Qualité du groupe URD (Urgence ‒ Réhabilitation ‒ Développement) et des travaux du Réseau d'apprentissage actif pour la redevabilité et la performance dans l'action humanitaire (Active Learning Network for Accountability and Performance in Humanitarian Action, ALNAP). Les standards essentiels complètent les normes fondamentales figurant dans les Normes minimales pour l’éducation : préparation, interventions, relèvement, publiées par le Réseau interagences pour l’éducation en situations d’urgence (Inter-Agency Network for Education in Emergencies, INEE).
 

L'importance des standards essentiels pour tous les secteurs

Le standard essentiel 1 reconnaît que la participation des personnes touchées par une catastrophe ‒ femmes, hommes, filles et garçons de tous âges ‒ ainsi que les capacités et les stratégies qu’elles développent pour survivre dans la dignité font partie intégrante de l'intervention humanitaire. Le standard essentiel 2 souligne combien il est nécessaire qu'une intervention, pour être efficace, soit coordonnée et mise en œuvre avec d'autres agences et les autorités gouvernementales engagées dans une action humanitaire impartiale.

Le standard essentiel 3 décrit la nécessité d'effectuer des évaluations systématiques pour comprendre la nature de la catastrophe, identifier les personnes qui ont été touchées et comment elles l’ont été, et évaluer leurs vulnérabilités et leurs capacités. Il confirme l'importance primordiale de cerner les besoins par rapport au contexte politique, social, économique et environnemental, et par rapport à la population au sens large. Pour réaliser le standard essentiel 4, les agences humanitaires conçoivent leurs interventions à partir d'une évaluation impartiale des besoins, et s’emploient à répondre à ceux qui ne sont pas satisfaits en tenant compte du contexte et de la capacité des personnes touchées par la catastrophe et des États à couvrir leurs propres besoins.

Le standard essentiel 5 est réalisé si les agences humanitaires vérifient en permanence l'efficacité, la qualité et le caractère approprié de leurs interventions. Elles adaptent leurs stratégies en fonction des informations de suivi et des réactions des personnes touchées par la catastrophe, et communiquent les informations relatives à leur performance. Elles investissent dans des études et des évaluations objectives et tiennent compte des constatations formulées pour améliorer leur politique générale et leurs pratiques.

Le standard essentiel 6 insiste sur le fait que les agences humanitaires ont, envers les personnes touchées par une catastrophe, l’obligation d'employer des travailleurs humanitaires ayant les connaissances, les compétences, le comportement et les attitudes voulus pour assurer l'efficacité des interventions humanitaires. De même, elles ont la responsabilité de permettre aux travailleurs humanitaires d'avoir un niveau de performance satisfaisant en les gérant bien et en leur apportant le soutien dont ils ont besoin pour leur bien-être émotionnel et physique.

Facteurs de vulnérabilité

Le Projet Sphère vise avant tout à assurer dans l’urgence la survie des personnes touchées par une catastrophe ou un conflit armé. Cela dit, les standards essentiels peuvent aussi contribuer à la préparation aux catastrophes, ainsi qu’à des modes d’action qui réduisent les risques futurs et la vulnérabilité, renforcent les capacités et favorisent un relèvement rapide, en tenant compte de l'impact des interventions sur l'environnement naturel et sur le contexte d’ensemble, et en étant véritablement axés sur les besoins de la population d'accueil et de la population au sens large.

Tout au long du présent manuel, le qualificatif « vulnérable » se rapporte aux personnes qui sont particulièrement susceptibles d’être atteintes par les effets des catastrophes naturelles ou d'origine humaine, ou des conflits armés. Les gens sont, ou deviennent, plus vulnérables aux catastrophes en raison d'une combinaison de facteurs physiques, sociaux, environnementaux et politiques. Ils peuvent être marginalisés dans leur milieu social en raison de leur origine ethnique, de leur âge, de leur sexe, de handicaps, de leur appartenance à une classe ou à une caste, de leurs attaches politiques ou de leur religion. Une combinaison de ces facteurs de vulnérabilité et les effets d'un contexte souvent instable font qu’ils sont vulnérables pour différentes raisons et de différentes manières. Les personnes vulnérables, comme toutes celles qui sont touchées par une catastrophe, sont dotées de diverses capacités pour gérer l'événement et s’en remettre. Si l'on veut que les interventions répondent aux attentes des personnes qui en ont le plus besoin, il est indispensable de bien percevoir les capacités des personnes vulnérables et les obstacles qu’elles peuvent rencontrer pour accéder à l'aide humanitaire.