Choisir la langue

La Charte humanitaire et les standards minimums de l'intervention humanitaire


Standard 1 sur les services de santé essentiels – maladies non transmissibles : maladies non transmissibles

La population touchée par une catastrophe a accès aux thérapies essentielles permettant de réduire la morbidité et la mortalité dues aux complications aiguës ou à l’exacerbation des maladies chroniques.
 

Actions clés (à lire conjointement avec la note d’orientation)

Indicateurs clés (à lire conjointement avec la note d’orientation)

Note d’orientation

  1. Les maladies non transmissibles comprennent les maladies cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux, l’hypertension, l’asthme, l’insuffisance rénale chronique, l’insuffisance rénale chronique terminale, le diabète insulinodépendant et l’épilepsie. Dans les situations d’urgence, les personnes atteintes de maladies chroniques sont particulièrement exposées à une aggravation de leur état ou à des complications dues à des infections secondaires. Si le traitement est interrompu, elles sont menacées. La stabilisation clinique et la poursuite du traitement doivent constituer l’essentiel de l’intervention du secteur de la santé dans les situations de catastrophe.

    Les personnes atteintes de maladies non transmissibles doivent être suivies et recevoir des médicaments sur le long terme. La prise en charge régulière de ces personnes doit pouvoir se faire par le système des soins de santé primaires, qui aura recours aux médicaments figurant sur la liste des médicaments essentiels. Il n’est généralement pas recommandé d’instaurer de nouveaux régimes ou programmes thérapeutiques pour la prise en charge de maladies chroniques pendant la durée des opérations de secours, surtout s’il est peu probable que le régime ou le programme en question se poursuive après la phase d’urgence.