Choisir la langue

La Charte humanitaire et les standards minimums de l'intervention humanitaire


Standard 2 sur les services de santé essentiels ‒ santé infantile : prise en charge des maladies du nouveau-né et de l'enfant

Les enfants ont accès aux services de santé prioritaires conçus pour combattre les principales causes de morbidité et de mortalité chez le nouveau-né et l'enfant.
 

Actions clés (à lire conjointement avec les notes d'orientation)

Indicateurs clés (à lire conjointement avec les notes d'orientation)

Notes d’orientation

  1. Soins aux nouveau-nés : tous les nouveau-nés doivent idéalement recevoir des soins professionnels à la naissance (de préférence dans un établissement médical), être tenus au chaud et nourris rapidement et exclusivement au sein. Il les examiner pour déceler rechercher tout problème éventuel, particulièrement les problèmes d'alimentation. Pour tous les nouveau-nés malades, on recherchera une éventuelle infection systémique (sepsis) ou locale.
     
  2. Prise en charge intégrée des maladies de l'enfant (PCIME) : la stratégie PCIME est une approche intégrée de la santé de l'enfant axée sur les soins aux enfants de moins de 5 ans au niveau des soins de santé primaires. Lorsque cette stratégie a été adoptée dans un pays, et que des lignes directrices cliniques ont été adaptées, il est recommandé d’incorporer ces lignes directrices dans les protocoles standardisés, et  d'y former les professionnels de la santé.
     
  3. Triage : les lignes directrices relatives à la PCIME et à l'orientation-recours peuvent être encore plus efficaces si elles sont utilisées avec la stratégie de triage et de traitement rapides. Le triage consiste à répartir les patients en groupes prioritaires en fonction de leurs besoins médicaux, des ressources disponibles et de leurs chances de survie. Le personnel clinique s'occupant d'enfants malades doit être mis au courant des directives du cours Triage, évaluation et traitement d'urgence (TETU) pour effectuer les évaluations rapides.
     
  4. Prise en charge de la diarrhée : les enfants souffrant de diarrhées doivent être traités avec des solutions de sels de réhydratation orale (SRO) de faible osmolalité et recevoir une supplémentation en zinc. Les solutions de SRO réduisent la durée de l'épisode diarrhéique et la nécessité d'avoir recours à une alimentation par voie intraveineuse.
     
  5. Prise en charge de la pneumonie : il faut examiner les enfants qui toussent pour savoir s’ils ont une respiration haletante ou difficile, et présentent des signes de tirage thoracique. En cas de respiration haletante ou difficile, il faut leur administrer un antibiotique approprié par voie orale ; en cas de tirage thoracique, l'enfant doit être hospitalisé.
     
  6. Flambées de coqueluche ou de diphtérie : les flambées de coqueluche sont fréquentes dans les populations déplacées. On évite généralement d'entreprendre une campagne de vaccination ciblée sur la coqueluche en raison d'effets secondaires indésirables chez les enfants plus âgés qui auraient déjà reçu le vaccin DTC à cellules entières. La flambée peut cependant être l'occasion de remédier à d'éventuelles lacunes de la vaccination de routine. La gestion des cas comprend le traitement antibiotique des patients et le traitement prophylactique précoce des contacts dans les foyers où se trouve un nourrisson ou une femme enceinte. Les flambées de diphtérie sont moins fréquentes mais restent dangereuses dans les populations faiblement immunisées vivant dans la promiscuité. Des campagnes de vaccination de masse avec trois doses de vaccin séparées ont été menées dans des camps pour répondre à des flambées de diphtérie. Ce traitement comprend l'administration à la fois d’antitoxines et d'antibiotiques.