Choisir la langue

La Charte humanitaire et les standards minimums de l'intervention humanitaire


Standard 6 sur la sécurité alimentaire – transferts de vivres : utilisation de la nourriture

La nourriture est entreposée, préparée et consommée de manière sûre et appropriée, tant au niveau des ménages que de la communauté.


Actions clés (à lire conjointement avec les notes d’orientation)

Indicateurs clés (à lire conjointement avec les notes d’orientation)

Notes d’orientation

  1. Hygiène alimentaire : les catastrophes perturbent souvent les habitudes d’hygiène normales des gens. Il peut s’avérer nécessaire de promouvoir une bonne hygiène en ce qui concerne la nourriture et de soutenir activement des mesures compatibles avec la situation et les schémas de maladies locaux, par exemple souligner l’importance de se laver les mains avant de manipuler des aliments, d’éviter de contaminer l’eau et de prendre des mesures contre les insectes et animaux nuisibles. Les bénéficiaires doivent être informés de la bonne manière de stocker la nourriture dans les ménages. Les proches aidant doivent être informés de la manière optimale d’utiliser les ressources du ménage pour nourrir les enfants et des bonnes méthodes de préparation (voir les standards 1 et 2 sur la promotion de l’hygiène). Lorsque des cuisines communautaires sont installées pour fournir des repas chauds à la population touchée, il faut accorder une attention particulière au choix de leur emplacement, en tenant compte notamment de l’accessibilité, de la sécurité et des conditions d’hygiène du site, de la disponibilité d’eau pour la cuisson des aliments et la boisson, et de l’espace de restauration.
     
  2. Sources d’information : on mettra en place des mécanismes visant à faire circuler l’information et à recueillir les réactions des bénéficiaires, surtout des femmes (voir le standard essentiel 1, notes d’orientation 2 et 6). Pour diffuser les instructions concernant la nourriture, les écoles et les espaces d’apprentissage sécurisés doivent être considérés comme des lieux appropriés. Des modes de présentation ou des schémas faciles à comprendre peuvent être nécessaires pour les personnes ayant des besoins différents en matière de communication (voir le standard essentiel 1, note d’orientation 4).
     
  3. Combustible, eau potable et articles ménagers : le cas échéant, du combustible doit être fourni, ou un programme de reboisement ou de récolte de bois doit être mis en place - sous supervision pour garantir la sécurité des femmes et des enfants, qui sont les principaux ramasseurs de bois à brûler (concernant les poêles et le combustible, voir le standard 4 sur les articles non alimentaires). Sur l’accès à l’eau, les quantités et la qualité requises et les installations associées, voir les standards 1 à 3 sur l’approvisionnement en eau). Concernant les ustensiles de cuisine et de table et les conteneurs à eau, voir le standard 3 sur les articles non alimentaires.
     
  4. L’accès aux installations de transformation des aliments, telles que les meules, permet aux gens de préparer la nourriture comme ils le souhaitent et de gagner du temps qui peut être consacré à d’autres activités de production. La mouture réalisée dans les ménages réduit le temps et les quantités d’eau et de combustible nécessaires pour la cuisson (voir le standard 2 sur la sécurité alimentaire – transferts de vivres, note d’orientation 2).
     
  5. Besoins particuliers : parmi les personnes ayant besoin d’aide pour s’alimenter figurent les jeunes enfants, les personnes âgées, les personnes handicapées et les personnes vivant avec le VIH (voir le standard 2 sur l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant et le standard 1 sur la sécurité alimentaire – transferts de vivres, notes d’orientation 5 à 7). Des programmes d’aide de proximité ou de soutien et de suivi supplémentaires peuvent s’avérer nécessaires pour les personnes dont la capacité de nourrir les proches qu’elles ont à charge est réduite (par exemple, des parents présentant des troubles mentaux).