Choisir la langue

La Charte humanitaire et les standards minimums de l'intervention humanitaire


Standard essentiel 5 : performance, transparence et apprentissage

La performance des agences humanitaires est examinée en permanence et fait l'objet de communications régulières aux parties prenantes ; les projets sont adaptés en fonction de la performance.

 

Actions clés (à lire conjointement avec les notes d'orientation)

 

Indicateurs clés (à lire conjointement avec les notes d'orientation)

 

Notes d'orientation

  1. Le suivi consiste à comparer les intentions aux résultats. Il mesure les progrès réalisés par rapport aux objectifs et aux indicateurs du projet, ainsi que son impact sur la vulnérabilité des personnes et sur le contexte. Les informations ainsi produites servent à orienter les révisions du projet, à vérifier les critères de ciblage et à s’assurer que l'aide apportée arrive bien aux destinataires prévus. Il permet aux décideurs de tenir compte des réactions de la communauté et de discerner les problèmes et les tendances qui se dessinent. C'est aussi l'occasion pour les agences de fournir et de recueillir des informations. Pour que le suivi soit efficace, il faut choisir les méthodes les plus appropriées par rapport à un programme et un contexte particuliers, associant selon les besoins données qualitatives et quantitatives, qui seront enregistrées de manière systématique. Le fait de communiquer avec transparence au sujet des informations de suivi renforce l’exercice de la redevabilité envers la population affectée. Un suivi effectué par la population elle-même améliore encore la transparence et la qualité, et permet à la population de mieux s'approprier les informations.

    Une vision claire de l'usage que l'on compte faire des données et des utilisateurs envisagés déterminera la nature de l'information à recueillir et la manière de la présenter. Les données doivent être présentées sous une forme simple et accessible qui facilitera le partage de l'information et la prise de décisions.
     
  2. L’évaluation de la performance de l’agence ne se limite pas à mesurer l'ampleur des réalisations du programme. Elle couvre l'ensemble des fonctions de l'agence : progrès accomplis sur divers aspects comme les relations avec les autres organisations, le respect des bonnes pratiques, des codes et des principes humanitaires, et l'efficacité et l’efficience de ses systèmes de gestion. Des méthodes d'assurance qualité comme la méthode COMPAS Qualité du groupe URD peuvent être utilisées pour évaluer la performance d'ensemble de l'agence.
     
  3. Suivi de l'impact : de plus en plus, on considère l'évaluation de l'impact (c'est-à-dire de l’ensemble des effets des interventions, à court et moyen termes, positifs ou négatifs, intentionnels ou fortuits) comme étant à la fois réalisable et essentielle pour les interventions humanitaires. L'évaluation de l'impact est un important domaine émergent qui établit le lien entre telle ou telle action humanitaire et des changements complexes et interdépendants qui se sont produits au sein des populations et de leur contexte. Ce sont les personnes touchées par la catastrophe qui sont le mieux à même de juger des changements intervenus dans leur vie ; d'où la nécessité, dans les évaluations de résultats et d’impact, d'inclure les avis et réactions des personnes concernées, d'être à leur écoute de façon non directive et d'appliquer d’autres méthodes participatives en matière de qualité, outre l’approche quantitative.
     
  4. Veiller à ce que le programme reste utile : le suivi doit aussi consister à vérifier périodiquement si le programme reste utile pour les populations concernées. Les constatations faites doivent conduire à des révisions du programme s’il y a lieu.
     
  5. Méthodes d'examen de la performance : les façons de procéder peuvent varier en fonction des objectifs visés en matière de performance, d'apprentissage et de redevabilité. On peut utiliser toute une série de méthodes comme le suivi et l’évaluation, les évaluations d’impact participatives et les séances d'écoute, les outils d'assurance qualité, les audits et les exercices internes d'apprentissage et de réflexion.

    Les évaluations de programmes se font généralement à la fin d’une intervention et recommandent d'éventuels changements à apporter aux politiques générales et aux futurs programmes de l’agence. Le suivi de la performance et l'évaluation en temps réel peuvent aussi se faire au cours de l'intervention, entraînant des changements immédiats en termes de politique et de pratique. Les évaluations sont généralement entreprises par des évaluateurs extérieurs indépendants, mais des membres du personnel peuvent eux aussi évaluer un programme à condition de rester objectifs, ce qui signifie généralement qu’ils n’ont pas participé eux-mêmes à l’intervention. Les évaluations effectuées dans le domaine humanitaire utilisent généralement huit dimensions appelées « les critères CAD » (Comité d’aide au développement) : pertinence, caractère approprié, durabilité, cohérence, couverture, efficience, efficacité et impact.
     
  6. Performance du secteur : le fait de communiquer aux groupes de coordination les informations relatives aux progrès réalisés par chaque agence dans la réalisation des standards minimums du Projet Sphère contribue au suivi de l'ensemble de l’intervention et génère une source inestimable de données sur la performance du secteur.